La Bolivie entre dans l’ère spatiale

31 janvier 2014Evénements

Le 20 Décembre dernier, le premier satellite bolivien de télécommunications a été lancé avec succès depuis la base de Xichang en Chine.

Lancement du satellite - BolivieEn Septembre 2009, le président Evo Morales soulevait la nécessité pour la Bolivie de posséder sa propre structure de télécommunication dans l’espace. Une déclaration qui vient de se concrétiser avec le lancement du premier satellite bolivien Túpac Katari ou TKSAT-1.

Ce dernier aura la capacité d’acheminer l’information vers des terminaux installés dans des zones rurales difficiles d’accès, où il est presque impossible aujourd’hui d’établir des voies de communication terrestres. Ainsi, il permettra aux boliviens d’accéder plus rapidement aux services de téléphonie fixe, cellulaire, mais aussi de télévision par câble et internet.

Il s’agit du 6e pays d’Amérique du Sud à lancer son satellite, après l’Argentine, le Chili, le Brésil, la Colombie et le Vénézuela.

L’appareil pèse pas moins de 5,2 tonnes et mesure 28 mètres, avec une structure composée principalement de panneaux solaires produisant de l’énergie. Il a été élaboré en Chine à partir de pièces fabriquées en France, en Allemagne et aux Etats-Unis.

Pour assurer le bon fonctionnement du satellite depuis la Bolivie, 78 chercheurs boliviens ont été envoyés en Chine puis répartis dans deux bases de contrôle installées sur le territoire bolivien : Amachuma, dans la ville d’El Alto et La Guardia à Santa Cruz.

Le complexe d’Amachuma abrite 6 antennes paraboliques. La principale reçoit les signaux vitaux du satellite et envoie les commandes des opérations à distance. Les quatre autres mesurent les paramètres du satellite, tandis que la plus petite sert à se connecter à la station de La Guardia. Elle abrite en outre deux antennes paraboliques et des serveurs de contrôle du satellite.

Il s’agit d’un évènement historique que tout le pays a suivi avec attention. Sur la Place Murillo à La Paz, la foule a pu observer le lancement depuis des écrans géants installés pour l’occasion.

Grâce à la mise en orbite de son propre satellite de communication, le gouvernement bolivien s’affranchi d’une dépense annuelle de 25 millions de dollars, au profit du développement scientifique et technologique. En outre, il pourrait même bénéficier à d’autres pays d’Amérique Latine, générant une recette estimée à 40 millions de dollars selon le gouvernement.

Et le gouvernement bolivien ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, il a déjà annoncé la construction d’un second satellite. Ce dernier servirait à mesurer la composition du sol et du sous sol, permettant de répertorier les ressources naturelles du pays et d´évaluer l’impact causé par l’extraction de ces matières premières sur l’environnement.

Une nouvelle ère spatiale qui vient concrétiser la bonne santé économique actuelle du pays.