Les îles flottantes des Uros sur le lac Titicaca

Initialement peuplées par les Uros, ce sont les Aymaras qui vivent désormais sur les îles flottantes du lac Titicaca.

Les îles flottantes du lac Titicaca

Les Uros peuplaient autrefois tout le plateau autour du lac Titicaca. Selon les langues et les ethnies, Uro peut signifier l’homme de l’aurore, de l’eau ou encore du lac. Ces noms laissent entendre la particularité qui caractérisait leur mode de vie, puisque les Uros vivaient dans des habitations construites sur des îles artificielles flottant sur le lac Titicaca.

																					
Les îles flottantes des Uros

Depuis 1950, la population Uro s’est complètement éteinte, mais leur langue a subsisté jusqu’aux années 2000, où l’on comptait encore deux derniers locuteurs. Les Uros ont ainsi laissé la tradition des îles tout entière aux Aymaras : il est donc encore possible aujourd’hui d’observer ces îles caractéristiques et étonnantes, habitées par une population qui s’est adaptée au mode de vie d’une autre ethnie.

Le matériau servant à la construction des îles flottantes est la totora, une plante qui pousse au fond du lac. En tissant les fibres entre elles, dans les zones stratégiques où elle est particulièrement abondante, les habitants obtiennent une base solide appelée Khili.

Isla flotante Playa Blanca, Península de Copacabana

C’est sur cette base qu’ils construisent leurs maisons, qui pour la plupart ne comportent qu’une seule pièce. La cuisine se fait à l’extérieur afin d’éviter tout risque d’incendie. Chaque île, dont la superficie peut aller jusqu’à plusieurs centaines de mètres carrés, fait l’objet d’efforts constants d’entretien. Le Khili est renouvelé chaque semaine et l’île elle-même est déménagée ou reconstituée tous les dix ans.
Aujourd’hui, les îles flottantes sont essentiellement habitées par des éleveurs de truites et des Indiens qui reçoivent les touristes.