Site archéologique d’Incallajta, Cochabamba

Le site d’Incallajta est le plus important centre archéologique inca de Bolivie.

Site archéologique Incallajta

Incallajta, Inka Llaqta, signifie ville de l’inca en quechua. Situé à 123 km de Cochabamba et à 2950 m d’altitude, le site est aujourd’hui le plus important héritage inca que l’on trouve en Bolivie, avec les îles du Soleil et de la Lune sur le lac Titicaca. Cité fondée par le 10e empereur, Tupac Inca Yupanqui, elle fut une forteresse militaire, un centre politique et administratif ainsi qu’une cité cérémonielle.
Au cœur de ce qui était alors le Collasuyo (l’une des 4 régions du Tahuantinsuyo – l’Empire inca), Incallajta fut construite à la fin du XVe siècle, autour de 1470. L’objectif de la construction fut notamment militaire. Frontière Est de l’empire, elle devait empêcher les avancées des Chiriguanos, descendants des Guaranis, et permettre de conserver les vallées fertiles de Pocona et de Cochabamba. Elle fut toutefois envahie et pillée par les peuples venus de l’Est bolivien. Après cet incident, l’empereur Huayna Capac fit reconstruire la cité en 1525.

 

																					
Inka Llaqta, héritage inca, Cochabamba, Bolivie

Incallajta possède une surface de 67 hectares. Il comporte plusieurs places, définies par des murailles et des arches en pierre. Les matériaux utilisés sont ceux de l’architecture inca : pierre et bois, avec recouvrement en argile. L’édifice principal se nomme Kallanka et mesure 78 m sur 25. Les archéologues prêtent à cette construction une fonction militaire. Parmi les autres structures notables, on compte une muraille défensive appelée Torreón. Le site aurait pu constituer également un observatoire astronomique, doté d’un cadran solaire (appelé Intiwatana), d’où les Incas observaient les changements de saisons.

A noter, la cité d’Incallajta inspira Norma Méndez de Paz pour le tout premier opéra bolivien. Par ailleurs, une demande d’inscription au patrimoine mondial a été déposée à l’Unesco.