Faune terrestre et aquatique des basses terres de Bolivie

Jaguar, paresseux… Description de quelques espèces de Bolivie.

Agouti d'Azara (Dasyprocta azarae)

Ce petit rongeur est très actif durant la journée mais n’en reste pas moins difficile à étudier. Il est en effet très timide et méfiant: à juste titre, puisqu’il est la proie de nombreux carnivores. L’agouti d’Azara émet un petit aboiement quand il se sent en danger. Il est parfois appelé le jardinier de la jungle car il enterre souvent des noix et des graines puis les oublie, provoquant ainsi la pousse de nouvelles plantes.

																					

Apelle ou Capucin à houppe noire (Cebus apella)

Ce primate s’alimente de fruits mûrs, de noix, d’arthropodes et de petits vertébrés. La recherche d’aliments est une activité très bruyante et destructive car il casse des branches et des feuilles afin de pouvoir atteindre sa nourriture. C’est un singe diurne et arboricole qui vit en groupes de 5 à 20 individus.

																					

Caïman à museau large ou Yacaré overo (Caiman latirostis)

Ce caïman est endémique des régions subtropicales et tropicales d’Amérique du Sud. Pouvant atteindre 3 m de long, on le trouve en Bolivie dans les marais et les zones lacustres. Animal essentiellement carnivore, il se nourrit de mollusques et de crustacés, ainsi que de petits mammifères et de reptiles.

																					

Cerf des marais (Blastocerus dichotomus)

Le cerf des marais est le plus grand cervidé d’Amérique du Sud : il peut atteindre 2 m de long et 1,20 m de hauteur au garrot. En Bolivie, on le trouve particulièrement dans le Parc National et Territoire Indigène Isiboro-Secure, et d’une manière générale dans des régions humides et inondables où son habileté à la nage lui permet de se déplacer facilement. Bien qu’herbivore, il consomme également des fruits et des racines.

																					

Coati roux (Nasua nasua)

Mesurant jusqu’à 67 cm, le coati roux dispose également d’une queue pouvant atteindre entre 30 et 60 cm. Réputé intelligent, il est également très robuste. Préférant dormir dans des lieux élevés, ce plantigrade peut descendre des arbres la tête la première grâce à ses articulations flexibles. Il vit en groupes de 10 à 20 individus, dont l’un est chargé de surveiller les alentours, émettant un sifflement en cas de danger.

																					

Dauphin rose ou Boto (Inia geoffrensis boliviensis)

Le dauphin rose a été déclaré « trésor national de Bolivie » en mars 2012.

Endémique de l’Amérique du Sud – il est présent également au Brésil, en Colombie, en Équateur, au Pérou et au Venezuela –, il mesure en moyenne 2,80 m et pèse 150 kg, a un corps massif, rose pâle mêlé de gris, un long museau et un front proéminent. Contrairement à ses congénères des océans, ses cervicales ne sont pas soudées. Il peut ainsi faire pivoter sa tête à 90° et se déplacer facilement entre les troncs et les branches des forêts inondées. Sa faible vision est palliée par un sonar qui détecte obstacles et proies. Il émet deux types d’ondes : les unes, des « clics », servent à l’écholocation, les autres, des « sifflements », lui permettent de communiquer. On peut avoir la chance de le voir dans les départements de BeniPando et Santa Cruz.

Mais il y a une deuxième espèce, endémique de Bolivie, Inia boliviensis, qui vit dans le bassin de Madeira. Les scientifiques ont longtemps cru qu’il s’agissait d’une sous-espèce du dauphin rose. Pourtant, ses caractéristiques génétiques et morphologiques – plus grande taille, dents plus nombreuses et cerveau plus petit – les ont conduits à réviser leur position. Une barrière naturelle de centaines de kilomètres de rapides le sépare du dauphin rose.

																					

Iguane vert (Iguana iguana)

Avec ses 2 m de longueur et ses 15 kg, c’est le plus grand de tous les iguanes. Malgré l’aspect quelque effrayant que lui donne la longue crête de son dos hérissée d’épines (beaucoup moins marquée chez les femelles et les jeunes), il est inoffensif et même particulièrement placide. Herbivore et arboricole, il passe 96 % de son temps à paresser sur une branche et seulement 1 % à se nourrir. Les 3 % restants sont consacrés à la reproduction. Tandis que jeune il est omnivore, adulte il devient exclusivement végétarien.

Il vit en petits groupes de 6 ou 7 individus, avec un mâle dominant à tout point de vue, meilleur perchoir, meilleure nourriture, qui défend farouchement son territoire. Celui-ci se résume à un arbre qui produit à la fois le gîte et le couvert. La femelle peut pondre jusqu’à 75 œufs en une seule fois, dans un long terrier qu’elle a auparavant creusé, puis elle en rebouche l’entrée en ménageant une poche d’air. Au bout de dix semaines, les œufs éclosent et tout le monde sort à l’air libre.

Nonchalant en temps normal, l’iguane vert fait montre d’une agilité stupéfiante lorsqu’un danger se présente. C’est aussi un excellent nageur.

																					

Jacara ou Yacaré negro (Caiman yacare)

Le jacara mesure en moyenne 2,5 m, avec des spécimens pouvant atteindre 3 m. Cet animal solitaire et territorial se nourrit de poissons, d’escargots, de mollusques et de crustacés. La femelle construit toujours son nid près d’une étendue d’eau afin d’y déposer ses 20 à 40 œufs. La chasse illégale et intensive ne réussit pas à entamer durablement ses effectifs, car il a heureusement un taux de reproduction très élevé.

																					

Jaguar (Panthera onca)

Le jaguar est le seul grand félin du continent américain. Très prisé par les braconniers pour son pelage, il est en voie d’extinction. Il se déplace beaucoup, au sein des forêts tropicales du parc national Madidi, ainsi que des régions de Beni, Pando, Santa Cruz, Cochabamba et Tarija. Il est jaune orangé avec des tâches noires, et parfois qualifié de panthères noires en raison d’une différente couleur de pelage. Il peut atteindre 1,80 m de long et 75 cm de hauteur au garrot pour un poids allant jusqu’à 150 kg. Essentiellement solitaire, il vit dans les arbres et chasse à terre de grandes proies comme le cerf des marais, le tapir, mais aussi des poissons et tortues.

																					

Ours à lunettes (Tremarctos ornatus)

De taille moyenne, l’ours à lunettes mesure entre 1,30 et 1,90 m et pèse entre 80 et 125 kg. Il est de couleur noire ou café, avec le contour des yeux blanchâtre. Animal plutôt diurne, c’est un solitaire omnivore dont la nourriture est principalement composée de végétaux. Il vit dans les forêts humides des Andes.

																					

Paresseux à trois doigts (Bradypus tridactylus)

Animal aux mouvements lents et qui passe la majeure partie de son temps dans les arbres, le paresseux à trois doigts est à la fois diurne et nocturne. Il est incapable de marcher mais se révèle être un très bon nageur. Il se reproduit une fois par an, la femelle donnant naissance à un petit. Son alimentation est composée de  végétaux qu’il trouve dans les arbres.

																					

Pécari à collier (Pecari tajacu)

De couleur châtain-noir, le pécari à collier est caractérisé par une marque blanche à la base du cou faisant penser à un collier. Ce petit mammifère se nourrit de fruits, de tubercules, d’invertébrés et de petits vertébrés. Il vit en petits groupes pouvant compter jusqu’à 20 individus. Il libère une odeur très forte quand il se sent menacé.

																					

Pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari)

D’une taille moyenne, environ 55 cm au garrot pour une longueur d’un mètre, le pécari à lèvres blanches est un petit mammifère caractérisé par une tâche blanche à la base de la bouche. C’est un animal diurne qui vit en hardes de 50 à 300 individus. Omnivore, il se nourrit de fruits, racines, tubercules et autres noix. Il souffre de la prédation du jaguar et parfois du puma.

																					

Renard gris (Pseudalopex griseus)

On peut trouver le renard gris dans les prairies, mais aussi près des champs où il capture des poules et d’autres petits animaux. C’est un canidé mesurant de 40 à 60 cm et pesant de 2,5 à 4,5 kg. Son pelage est gris avec des zones plus jaunes ou blanches. Omnivore, le renard gris se nourrit de petits mammifères mais aussi de reptiles ou de fruits. Les deux parents s’occupent des petits et il arrive parfois qu’une autre femelle les aide.

																					

Singe-araignée aux mains noires

Avec ses bras bien plus longs que ses jambes et sa longue queue préhensile, l’atèle de Geoffroy, communément appelé singe-araignée aux mains noires, interpelle par son allure curieuse. Il se déplace souvent à la seule force de ses bras. Généralement de couleur brun clair à rougeâtre, il a les pieds et les mains noirs. On le localise en Amérique centrale, ainsi qu’au sud du Brésil et en Bolivie, en groupes de 20 à 40 individus. D’assez petite taille, il peut peser jusqu’à 9 kg et vit principalement dans les arbres.

																					

Tamanoir ou fourmilier géant (Myrmecophaga tridactyla)

Mesurant entre 100 et 120 cm, le tamanoir peut peser jusqu’à 40 kg. Sa langue, longue de 60 cm, est recouverte par une substance adhésive lui permettant de capturer les insectes dont il s’alimente. Il creuse et fouille ainsi les fourmilières et les termitières. On le reconnaît facilement à son long museau cylindrique et à sa queue épaisse qu’il maintient dressée. 

																					

Tapir du Brésil (Tapirus terrestris)

Le tapir du Brésil, que l’on rencontre jusqu’en Bolivie, est le plus grand mammifère terrestre en Amérique du Sud, mesurant entre 1,7  et 2,5 m et pouvant peser jusqu’à 300 kg. Il dispose d’une trompe sur la lèvre supérieure. On le retrouve toujours près de l’eau car c’est un bon nageur et un bon plongeur, et quand un danger le menace, c’est là qu’il se réfugie. Herbivore, il utilise sa trompe pour manger feuilles et fruits. Chassé pour sa viande et sa peau, il est actuellement menacé d’extinction.

																					

Petit tatou velu (Chaetophractus vellerosus)

Poilu sur tout le corps y compris sur la carapace, cet animal nocturne d’environ 22 cm de long et d’1 kg maximum est particulièrement adapté aux environnements désertiques. Son régime alimentaire est composé d’insectes et de baies, mais il se nourrit parfois de serpents, de petits rongeurs, voire de charognes 

																					

Tatou à six bandes (Euphractus sexcinctus)

La tête et le corps du tatou à six bandes sont couverts de plaques cuirassées et de quelques poils drus. C’est un très bon fouilleur qui construit des tunnels, avec une entrée qu’il réutilise souvent. Animal solitaire et principalement nocturne, il s’active occasionnellement pendant la journée. On le retrouve surtout dans des régions sèches où il se nourrit de petits vertébrés, de serpents, de vers, d’insectes et de charognes.

																					

Tégu rouge ou Peni (Tupinambis rufescens)

Le tégu rouge est une espèce d’iguane exceptionnellement intelligent, vivant principalement dans les départements de Santa Cruz, Beni et Tarija. Les femelles sont légèrement plus petites que les mâles qui peuvent peser plus de 10 kg. On le rencontre également dans les zones ouvertes du Cerrado brésilien, les savanes et les clairières. C’est une espèce diurne active tout au long de la journée qui, bien qu’omnivore,  passe beaucoup de temps à localiser sa proie.

																					

Tortue denticulée (Chelonoidis Denticulata )

La tortue denticulée a de petites tâches jaune orangé sur les pattes et orange sur la tête. Omnivore, elle vit principalement dans les sous-bois humides où la végétation est dense.

																					

Tortue Tartaruga (Podocnemis expansa)

C’est la plus grande tortue aquatique d’Amérique du Sud. Les algues se collent à sa carapace qui de brune peut devenir verdâtre. Les femelles mesurent entre 70 cm et 1 m tandis que les mâles atteignent seulement 30 à 55 cm. Elle rentre son cou en arrière horizontalement, contrairement aux autres tortues qui le plient en s pour le rétracter dans la carapace. La tortue tartaruga mange des végétaux, des fruits, des fleurs mais aussi des éponges d’eau douce qui poussent dans les troncs d’arbres inondés. Lors de la saison sèche, la femelle pond entre 60 et 140 œufs.