Ernesto Che Guevara (1928-1967)

Santa Cruz, en Bolivie, fut le théâtre de la dernière lutte du célèbre révolutionnaire argentin.

Che Guevara

La Bolivie fut le dernier théâtre d’opérations de la guérilla guévariste. Animé du rêve révolutionnaire marxiste internationaliste, Ernesto Guevara, figure de la pensée éthique cubaine puis de sa révolution mythique, livra en effet ses derniers combats dans la guérilla dite de Ñancahuazú, contre la dictature militaire du général René Barrientos Ortuño.

Après avoir soutenu le mouvement révolutionnaire congolais, Ernesto Guevara se rend en Bolivie pour défendre les mêmes idéaux à travers la guérilla révolutionnaire. Celle-ci doit permettre au mouvement de s’étendre au-delà des frontières pour atteindre, à terme, son pays natal, l’Argentine. C’est dans cette lutte qu’il trouvera la mort, capturé puis assassiné par l’armée bolivienne.

Longtemps dominée par la politique interventionniste d’un régime nationaliste et révolutionnaire menée par le colonel Toro, la Bolivie commence dans les années 1950 à accepter l’influence économique nord-américaine, dont l’aide financière constituera, dix ans plus tard, le tiers du budget national. En 1964, le général Barrientos prend le pouvoir dans un coup d’Etat qui marquera le début d’une série de dictatures militaires jusqu’aux années 1980, au moment de l’avènement du libéralisme économique dans le pays.

C’est en réaction à ce coup d’Etat que se crée, sur l’initiative du Che, l’Ejército de Liberación Nacional de Bolivia (ELN, Armée de libération nationale de Bolivie), regroupant les forces armées de l’opposition, animées par le désir de révolution marxiste à l’échelle internationale et panaméricaine. Le Che s’installe dès 1966 dans une région montagneuse au nord du fleuve amazonien Ñancahuazú, dans le département de Santa Cruz, avec son groupe de résistance, composé au total de 47 combattants.

La motivation principale de cette lutte en Bolivie demeure la propagation de la guérilla révolutionnaire à la plus grande échelle possible. Le pays étant situé au cœur de l’Amérique latine, il devait ainsi constituer le foyer révolutionnaire idéal pour étendre la révolution au-delà des frontières. Après de nombreux épisodes de bataille contre l’armée de Barrientos, Ernesto Guevara fut capturé puis exécuté par l’armée bolivienne avec l’aide de la CIA, le 9 août 1967. Le régime de Barrientos prend fin en 1969, et sera suivi par la nouvelle dictature militaire du général Torres.