Festival de musique baroque de Chiquitos, Bolivie

25 avril 2014Evénements

Du 24 avril au 4 mai, les missions jésuites de Chiquitos et Moxos accueilleront le 10e Festival International de Musique renaissance et baroque américaine.

Concert, église Santa Ana Velasco152 concerts et des musiciens de 23 nationalités Le Festival international de Musique renaissance et baroque américaine se tient tous les deux ans depuis 1996 dans les églises des missions jésuites de Chiquitos et de Moxos. Celles-ci, situées au cœur de l’Amazonie bolivienne, sont aujourd’hui inscrites au Patrimoine mondial. Au programme de cet événement pour le moins surprenant, pas moins de 152 concerts et des artistes de 23 nationalités, venus des quatre coins du monde pour célébrer la musique baroque au cœur de la région de Santa Cruz. Les orchestres les plus prestigieux tels que le Vocalconsorte Berlin, le Tokyo baroque ou encore l’américain The Rose, côtoient des ensembles musicaux plus modestes venus de l’ensemble de la Bolivie pour promouvoir la culture musicale des missions jésuites de Chiquitos. Un patrimoine issu de l’histoire surprenante des jésuites en Bolivie. San Jose de ChiquitosUn peu d’histoire Les missions jésuites sont l’œuvre de la Compagnie de Jésus, créée par Ignacio de Loyola en 1537. C’est dans le but d’évangéliser les peuples amérindiens qu’elle s’embarqua sur les navires espagnols et portugais à la conquête du nouveau monde, puis mit en place le système des réductions (du latin reducere, regrouper) ou missions. Au XVIIIe siècle la Compagnie de Jésus fût expulsée du sous continent par les espagnols mais elle y laissa une empreinte indélébile. Dans la région de Chiquitanía notamment, les missions sont particulièrement conservées, et six églises sont aujourd’hui inscrites au Patrimoine mondial. Au delà du patrimoine bâti, les jésuites ont transmis en héritage un savoir faire artisanal et musical unique au monde. Eglise de ConcepciónDeux personnages clés Parmi les figures illustres des missions de la Chiquitanía, le père jésuite Martin Schmidt. Cet architecte d’origine suisse, également musicien organiste et compositeur, a œuvré la majeure partie de sa vie pour la construction des missions. C’est à lui que l’on doit l’apprentissage de la musique baroque aux ethnies locales. Il leur apprit même à construire leurs propres instruments, un savoir-faire qui perdure encore aujourd’hui. Autre personnage qui marqua l’histoire des missions jésuite, Hans Roth Merz. Également suisse et architecte, il se consacra à la restauration de six églises et 140 œuvres religieuses entre 1972 et 1990. Il mit par ailleurs en place des ateliers de restauration qui participent aujourd’hui encore à faire perdurer l’héritage laissé par les jésuites. C’est également grâce à lui que furent découvertes, entre les régions de Chiquitos et Moxos, 9 000 feuilles de musique liturgique dont les auteurs sont européens mais aussi locaux. Ce festival permet ainsi de mettre en exergue le patrimoine historique et culturel de cette région, exceptionnel et pourtant encore largement méconnu.

Pour en savoir plus retrouvez notre guide complet sur les missions jésuites en Bolivie. Retrouvez également le programme détaillé sur le site officiel du festival.