Une empreinte géante de dinosaure découverte en Bolivie

04 août 2016Patrimoine

Une trace d’Aberlisaurus de 1,20 m a été découverte sur le cratère de Maragua, dans la région de Sucre, par un guide touristique local.

Une découverte de taille

Une empreinte géante de dinosaure découverte en Bolivie

De beau matin, Grover Marquina, guide touristique, se lève et part comme à son habitude en randonnée dans la région de Chuquisaca. Profitant des couleurs magnifiques des montagnes vertes et rouges de la cordillère de los Frailes, il s’aventure dans des sentiers peu empruntés dont lui seul a le secret. Au détour d’un rocher, quelle ne fut pas sa surprise quand il se retrouve nez à nez avec une empreinte gigantesque appartenant à un Aberlisaurus, ce carnivore disparu il y a plus de 70 millions d’années ! Selon l’archéologue Sebastian Apesteguia, cette empreinte est tout simplement « la plus grosse empreinte de dinosaure carnivore jamais découverte dans le monde entier ». En effet, dans cette région viticole qui environne la ville de Sucre, les traces de dinosaures repérées ne mesuraient jusqu’alors pas plus de quelques centaines de centimètres. Cette marque en dit ainsi long sur la taille du prédateur qui pourrait atteindre 12 m alors qu’il ne mesure habituellement pas plus de 9 m.

Une découverte qui est donc exceptionnelle car elle traduit l’existence d’un Aberlisaurus géant d’un genre unique ! Etrangement, nous ne possédons aujourd’hui qu’un seul crâne de ce spécimen, exposé  au musée provincial de Cipoletti en Argentine. Cette trouvaille est ainsi fondamentale pour permettre d’établir un portrait robot du reptile et pour confirmer certaines hypothèses des scientifiques, notamment sur la taille de l’animal.

Pas de bras, pas de chocolat

Mais qu’est-ce qu’un Aberlisaurus ? Vivant principalement en Amérique du Sud à la période du Crétacé supérieur mais aussi en France et en Inde, c’est  un dinosaure théropode très proche du féroce Tyrannosaure Rex. Capable de se déplacer sur deux pattes (bipède donc), cette espèce au crâne allongé possédait une mâchoire très puissante.

Si sa principale activité était de tyranniser ses congénères, l’Aberlisaurus n’avait cependant pas le bras long ! En effet, comme pour le Tyrannosaure, ses deux petits bras à l’avant sont sujets à de nombreuses spéculations concernant leur utilité. Puisqu’il est relativement difficile d’observer ce dinosaure se mouvoir dans son environnement naturel, les maigres connaissances sur son mode de vie proviennent seulement d’hypothèses. Quand certains voient dans ces petits bras un moyen d’attraper et d’immobiliser ses proies, d’autres y voient simplement un appui pour se relever en cas de chute. Les bras nous en tombent… Mais beaucoup de scientifiques n’y trouvent en fait aucune utilité concrète, ces deux petits membres rendant simplement ces tyrans un peu plus … attachants. Sur cette question, la recherche patauge, mais la communauté scientifique ne baisse pas les bras.

La Bolivie, la Mecque de la paléontologie

Cette découverte confirme la place centrale de la Bolivie dans la recherche paléontologique. En effet, le site de Cal Orcko, à 4 km de Sucre est le site de traces de dinosaures le plus important au monde. Ce sont au total plus de 294 de dinosaures qui ont vécu dans cette région. Il y a 68 millions d’années, les dinosaures peuplèrent ce site autour d’un grand lac sur une zone immense allant du Pérou à la Bolivie jusqu’au Nord de l’Argentine. Ouvert aux touristes, le parc permet d’observer des répliques exactes des dinosaures ayant vécu dans cette région. Mais le graal des aficionados de Jurassic Park et des passionnés de fossiles se situe dans le Parc de Torotoro, au nord de Potosi. Ici, pas de taureaux, mais un immense réservoir d’empreintes de nombreuses espèces dont beaucoup restent encore à découvrir. Des milliers sont  en effet ensevelies sous les sédiments dans toute la région.

Partez avec vos pinceaux, votre tamis, votre truelle (le kit du parfait petit archéologue) et percez les mystères de ces terres arides ! A Torotoro, vous ne verrez que du beau monde : des apatosaures (ou plutôt des brontosaures !), des trydactiles herbivores, des théropodes, des diplodocus, des vélociraptors, des brachiosaures et même des sauropodes ! Ce qui frappe aux premiers abords est la qualité de préservation des différentes espèces du site.

Alors, prêts à vous jeter dans la gueule du Tyrannosaure ?

Pour plus d’information, consultez nos pages sur la Paléontologie en Bolivie