Le poncho en Bolivie

La fabrication et l’utilisation du poncho en Bolivie datent des civilisations préincaïques.

Les ponchos de Bolivie

Le mot poncho vient du quechua punchaw, qui signifie le jour, filant la métaphore entre la tête sortant du trou du poncho accommodé par tradition, et le lever du soleil.
Cet habit de laine épaisse qui recouvre les épaules des Indiens depuis l’époque précolombienne figure parmi les grands éléments de l’imagerie andine. Répandu dans toute l’Amérique latine, il est la parure indienne par excellence qui permet aux populations évoluant dans des milieux très froids de se maintenir au chaud. Il est en effet confectionné avec les laines les plus épaisses de la région, principalement la laine d’alpaga.

																					
Acheter un poncho en Bolivie

Dans toutes les Andes, chaque région arbore un poncho qui lui est propre et qui la représente. Parfois, l’histoire en a modelé l’apparence, comme au XIXe siècle au cours de la guerre des Gauchos, qui survint dans le Nord-Ouest argentin au moment de la lutte pour l’indépendance du pays. La faction gaucho résistante face aux armées de la Couronne espagnole arborait le poncho de couleur rouge, représentatif de la lutte dirigée par le général Martín Miguel de Güemes entre 1814 et 1821. C’est la mort du général qui teinta le poncho caractéristique de deux bandes noires, l’une en signe de deuil, l’autre de reconnaissance envers le gaucho-martyr de ce conflit. Cette histoire est celle du poncho dit salteño (de la région de Salta en Argentine), où se sont déroulés ces événements historiques.

Le poncho est aujourd’hui porté de manière tout à fait commune. On le voit depuis quelques décennies orner en hiver les épaules des femmes du monde entier.