Le salar d’Uyuni

Le salar d’Uyuni posséderait 40 % des réserves mondiales de lithium, le prochain or blanc annoncé.

Le salar d’Uyuni

Le salar d’Uyuni, situé à 3600 m d’altitude, est le désert de sel le plus vaste du monde avec 12 500 km2. C’est une immense étendue plate dans laquelle se reflète le ciel, d’une réverbération intense, ceinturée par des montagnes enneigées. Tout comme celui de Coipasa plus au nord, le salar d’Uyuni est le fruit de l’évaporation des eaux du lac Minchin, qui ont également laissé à cet endroit deux petits lacs, Poopó et Uru Uru.

Cette couche de sel, qui peut atteindre 120 m d’épaisseur, comprend entre autres de très beaux cristaux cubiques. Le lithium reste cependant la principale richesse du salar : d’après le United States Geological Survey, Uyuni abrite le plus grand gisement au monde avec 40 % des réserves mondiales.

																					
Usine de traitement de lithium, Uyuni

Le lithium est un composant utilisé dans les batteries des appareils électriques, comme les ordinateurs, les téléphones ou les voitures électriques : il entre donc dans la composition d’1,5 milliard d’appareils électriques…. pour le moment. Entre l’explosion des smartphones ou autres tablettes, et surtout l’avènement programmé des voitures électriques, ce chiffre va continuer à grimper. C’est dire qu’il pourrait bien prendre la place du pétrole dans les prochaines années, en tant que ressource naturelle la plus recherchée.

70 % des réserves mondiales connues à ce jour se trouveraient en Amérique latine entre le nord du Chili et de l’Argentine et Uyuni. Une richesse importante donc pour un pays comme la Bolivie. Si le Chili est le premier producteur à ce jour, c’est bien en Bolivie que le potentiel est le plus élevé.

L’industrie du lithium

Le lithium est un métal relativement abondant, que l’on trouve facilement sous forme de chlorure de lithium (LiCI) dans l’eau de mer, mais pas à l’état natif dans la nature, en raison de sa forte réactivité chimique. Il est particulièrement recherché en raison de sa légèreté et de sa capacité à stocker de l’énergie. La méthode d’exploitation est la même dans les trois pays: pompage de la saumure puis évaporation solaire pendant neuf mois. Vient ensuite l’étape des traitements, et enfin l’exportation sous forme de carbonate de lithium.
Après un boom ces dernières années, son prix devrait à l’avenir continuer d’augmenter, faisant du lithium une véritable manne pour les pays qui en possèdent dans leurs sols.