Hugo Banzer Suárez (1921-2002)

Après avoir été dictateur, il fut élu président de la République bolivienne.

Cet homme politique et militaire bolivien fut président de la République à deux occasions : entre 1971 et 1978 à la suite d’un coup d’Etat, puis entre 1997 et 2001. Il fut le premier dictateur militaire du continent qui, après avoir abandonné le pouvoir, récupéra la présidence du pays par voie démocratique. Venant d’une famille d’origine allemande, Hugo Banzer Suárez étudia au collège militaire de l’armée ainsi qu’au collège militaire de la nation, dans lequel il obtient le grade de colonel.

Sous le gouvernement du général Barrientos, il assuma sa première responsabilité politique en tant que ministre de l’Education et de la Culture de 1964 à 1966. Après un bref exil en Argentine, il revint en Bolivie pour préparer le coup d’Etat du MNR (Mouvement national révolutionnaire), dirigé par Victor Paz Estenssoro. Il devint ainsi président en 1971, mais les discordances avec Paz Estenssoro se faisant plus fortes, il force ce dernier à l’exil. Commence alors un régime strictement militaire et répressif, pendant lequel il participa au plan « Condor » (Operación Cóndor), qui associa les régimes dictatoriaux d’Amérique du Sud pour traquer et assassiner jusqu’en Europe les forces de gauche. Malgré cela le pays connut durant cette période une certaine prospérité économique. En dépit de la pression internationale, Banzer se maintint au pouvoir jusqu’à l’annonce de sa démission, en 1978. Il est alors remplacé par son homme de confiance, Juan Pereda.

A partir de ce moment, il se présenta cinq fois à l’élection présidentielle mais ne réussit à se faire élire qu’en 1997. Entre-temps, il fonda le parti Action démocratique nationale. Il fut jugé pour avoir violé la Constitution et les droits de l’homme, puis absous en 1980. Enfin, en 1997, il fut finalement élu avec 22,3 % des voix, formant une ample coalition de gouvernement. En 2001, il découvrit qu’il était atteint d’un cancer et décida de laisser le pouvoir à son vice-président, Jorge Quiroga.