Hans Roth Merz (1934-1999)

Suisse et jésuite comme le fut Martin Schmid, Hans Roth poursuivit l’œuvre entamée en Chiquitanía.

Hanz Roth Merz

Né en 1934 à Zurich, en Suisse, Hans Roth intègre en 1955 la Compagnie de Jésus (Jésuites), ordre religieux fondé en 1540 par Ignace de Loyola.  Il va dès lors étudier le latin, le grec et la philosophie en Autriche et en Allemagne, puis sera diplômé en architecture de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, en 1966, après avoir fait divers séjours en Irlande, en Afrique et en Grèce. Il voyagera également en Inde et travaillera dans un cabinet d’architecture à New Delhi, puis plus tard étudiera la théologie en Angleterre et, de retour en Inde, épaulera mère Teresa.

En 1972, il apprend que l’église San Rafael, en Bolivie, doit être restaurée. Sentant la providence l’appeler, lui, l’architecte jésuite, afin de continuer l’œuvre du père Martin Schmid, qui était par ailleurs originaire de sa région, il va dès lors demander à pouvoir réaliser cet ouvrage. C’est ainsi que les six mois de travail prévus dans les missions jésuites de Bolivie se transformèrent en vingt-sept années. Car il restaura également 6 autres églises missionnaires et 140 œuvres religieuses au nom de l’Eglise catholique. Dans une Chiquitanía encore très isolée (« un désert intellectuel »), Hans Roth réalisa un travail de restauration et de création sans précédent. Il œuvra à la conservation du patrimoine architectural et culturel et son œuvre eut une grande influence sur la région.  Il aida ainsi à son développement et à la récupération de l’identité culturelle de la Chiquitanía.