Visite de la ville de Sucre, Bolivie : guide de voyage

Géographie, climat, histoire, fêtes, patrimoine, musées, monuments, hôtels, transports.

 

Situation géographique de Sucre

La ville de Sucre est la capitale du département de Chuquisaca, au sud-est du pays. C’est également la capitale constitutionnelle de l’Etat plurinational Bolivien. Chuquisaca est entouré des départements boliviens de Tarija, Potosí, Cochabamba et Santa Cruz, et partage une frontière avec le Paraguay. Bien que formé par des paysages variés, Chuquisaca est surtout connu pour ses vallées au climat tempéré, idéales pour la production vinicole. La topographie chuquisaqueña est également dessinée par la cordillère Orientale, d’où s’élèvent des montagnes de faible altitude. Le département s’inscrit dans les bassins des fleuves Amazonas et Del Plata.

Climat
La ville de Sucre présente des conditions météorologiques propres à la zone de vallées, soit un climat sec et des températures oscillant entre 25 degrés en été et 5 degrés en hiver, et une faible amplitude tout au long de l’année. L’été est la saison des pluies. Attention au mal de l’altitude : il est conseillé de se déplacer tranquillement et d’éviter les efforts le temps de l’acclimatation. Voir notre fiche : Quand partir en Bolivie.

Histoire de Sucre

Sucre est la capitale constitutionnelle de la Bolivie. Elle fut le berceau des luttes révolutionnaires qui ont mené à la libération du sous-continent américain. La date symbolique de sa cette célébration est le 25 mai, en référence au 25 mai 1809, jour du premier cri libérateur d’Amérique qui aboutira à l’indépendance de la Bolivie et à la création de la République bolivienne en 1825.
On la connaît également comme la ville aux quatre noms : Charcas, Villa del Plata, Chuquisaca et Sucre, son ultime appellation ayant été adoptée en 1825. Fondée le 29 septembre 1539 sur l’emplacement d’un hameau indien, elle est inscrite au Patrimoine Culturel de l’Humanité de l’Unesco comme témoignage vivant de ce que fut la vie de l’aristocratie coloniale espagnole. En outre, la ville se situe dans les vallées centrales du pays, a environ 2.570 m d’altitude, offrant un climat paisible et un environnement propice à l’aventure comme à la détente.

Fêtes et événements à Sucre

Fiesta de la Virgen de Guadalupe : cette fête se déroule durant la première quinzaine de septembre. Les fidèles viennent rendre grâce à la Vierge de Guadalupe, patronne de la ville de Sucre. Au programme, musique, danses, jeux traditionnels et dégustation de chicha, boisson typique à base de maïs. Une messe est célébrée en l’honneur de la Vierge de Guadalupe sur la place principale de Sucre, viennent ensuite la procession de la Vierge et le défilé folklorique auquel participent des milliers de participants.

Pujllay – deuxième dimanche de mars : cette festivité, aussi connue comme le carnaval de Tarabuco, conserve précieusement son essence originelle qui s’exprime à travers ses danses et sa musique. Elle commémore la victoire de guerriers indiens sur une troupe espagnole en mars 1816. Les costumes utilisés à cette occasion expriment une satire du conquistador blanc : les danseurs portent éperons et coiffes, qui rappellent les heaumes des espagnols. Pujllay (qui signifie jeu) commence par la célébration d’une messe en langue quechua et se poursuit par les représentations des multiples groupes de danseurs sur la place principale de Tarabuco, qui pratiquent la danse du même nom, Pujllay.

Patrimoine, musées et monuments: que voir à Sucre?

Basílica menor de Nuestra Señora de Guadalupe
La Cathédrale métropolitaine de Sucre, située sur la place 25 de mayo, est un superbe édifice mélangeant les styles renaissance et baroque métis. En effet, si sa construction a débuté en 1551, elle a duré jusqu’en 1712 en suivant l’évolution des styles. En son intérieur, le musée de la cathédrale permet d’admirer l’une des plus belles collections du pays d’Art Sacré du XVIe au XVIIIe siècle. A côté de la cathédrale, la Chapelle de Nuestra Señora de Guadalupe (1617) abrite l’image dela Vierge de Guadalupe, patronne de Sucre, peinte par Fray Diego de Ocaña en 1601. Le culte populaire l’a couverte d’ornements drapant la vierge dans un manteau de diamants, d’émeraudes et autres perles.

Casa de la libertad
C’est dans cette enceinte historique que fut signée la Déclaration d’Indépendance de la Bolivie en 1825. Le salon principal, conservé à l’identique, a abrité les révolutionnaires de l’époque. Le musée conserve également tous les documents qui témoignent des évènements historiques relatifs à l’indépendance. Cet incroyable palais colonial, qui faisait office de monastère jésuite à sa construction au début du XVIIe siècle, se trouve sur la pace 25 de Mayo.

Museo de La Recoleta
Le monastère et l’église de la Recoleta furent fondés en 1601 par les franciscains. La Recoleta surplombe la vallée, et son magnifique mirador construit en 1979 offre une vue splendide sur Sucre. Le musée de la Recoleta occupe la troisième cours du monastère. Il possède diverses peintures coloniales et républicaines (dont plusieurs représentations de Saint François d’Assise), des sculptures, de l’orfèvrerie, une collection numismatique et des objets archéologiques.

Convento de San Felipe de Neri
Le couvent de San Felipe de Neri, fondé en 1795 sur ordre de Fray José Antonio de San Alberto, témoigne du pouvoir de l’Eglise Catholique au sein de la société de l’époque. De style néoclassique, il a été en grande partie construit grâce à des pierres extraites des carrières du mont Churuquella. Depuis sa terrasse, au milieu des coupoles recouvertes de tuiles coloniales et des tours décorées avec l’argent extrait des mines de Potosí, on peut apprécier un splendide panorama sur la ville et ses multiples églises.

Museo del textil Asur
Le Museo Textil Etnográfico Asur conserve et expose la production textile artisanale des communautés indigènes locales. On y trouve notamment des œuvres de grande valeur traditionnelle et esthétique du village de tisserands de Potolo , situé à 2h de route de Sucre. Egalement, une mine d’informations concernant l’ethnologie et l’expression culturelle régionale est mise à disposition des visiteurs, ainsi qu’un magasin d’artisanat.Le musée comprend neuf salles d’exposition et une galerie dans laquelle tisseurs et tisseuses enseignent aux visiteurs les techniques de tissage et de la création de motifs traditionnels.

Musée Antropoloque de Sucre et Musée Colonial Charcas
Bâtiment de l’époque de la vice-royauté, construit au milieu du XVIIe siècle, on l’appelle aussi la Casa del Gran Poder. Le Museo Colonial Charcas dépend de l’Universidad Mayor de San Francisco Javier, et a ouvert ses portes en 1939. La collection exposée comprend des objets et des œuvres d’art des époques préhispaniques, coloniales et républicaines. Entre autres, des peintures de maitres européens du maniérisme et du baroque, d’artistes issus d’écoles de peinture métisse, des pièces d’orfèvrerie et des meubles du XVIIe siècle. Le bâtiment renferme également le Museo Antropologico de Sucre.

Hospital de Santa Barbara
La construction de ce bâtiment de style Renaissance est achevée en 1563, mais la façade actuelle date du XVIIe siècle et rappelle le style baroque. A l’origine, l’hôpital de Santa Barbara n’est autre que le domicile particulier du philanthrope Bartolomé Hernandez où il portait assistance aux pauvres et aux indiens malades. Plus tard, Santa Barbara est transformé en véritable hôpital, et une chapelle adjacente de style néogothique sera construite en 1887.

La Glorieta
Construit par les Princes de la Glorieta, Francisco Argandoña et son épouse Clotilde Urioste, la Glorieta se trouve à 5 km de Sucre sur la route menant a Potosí. Ce château à l‘architecture éclectique européenne datant de la fin du XIXe siècle rassemble des caractéristiques des styles gothique, maniériste, baroque, rococo néoclassique et mudéjar. En 1898, le pape León XIII attribue au château le titre de Principauté de La Glorieta et rend hommage aux époux Argandoñada pour leurs œuvres réalisées auprès des plus démunis. Le château, déclaré Monument National en 1970 est aujourd’hui entre les mains de la préfecture du département de Chuquisaca.

Cal Orck’O (en savoir plus)
A quelques km du centre de Sucre se trouve le gisement paléontologique le plus grand au monde. Quelques 5.055 traces de pas de dinosaures vieilles de plus de 68 millions d’années forment une des merveilles de la nature des plus impressionnantes dans la Cal Orck’o (le mont de chaux). Le site découvert en 1994 a impulsé de nouvelles recherches scientifiques, qui ont abouti à la découverte de nombreux gisements dans les environs de Sucre. Au crétacé inférieur, l’actuel territoire de Chuquisaca était recouvert par un immense lac où vivaient les dinosaures, qui s’alimentaient grâce à une végétation abondante. A 300 m de Cal Orck’o, le Parque Cretácico permet de s’informer sur divers sujets paléontologiques, tels que l’extinction des dinosaures ou la migration des animaux. Le parc offre une promenade au milieu de représentations de dinosaures taille réelle, dont la plus grande sculpture de dinosaure au monde, un titanosaure de 36 m de long et 18 m de haut.

El mercado de frutas de Sucre
Melons, pêches, abricots, fruits exotiques… Le marché aux fruits de Sucre est un délice pour les yeux comme pour les papilles. Ce marché authentique est un lieu typique de la région de Sucre et de la Bolivie. Les fruits, venant pour la plupart tout droit de la forêt amazonienne à quelques heures de marche de là, sont succulents et coutent moins du tiers de ce que l’on peut trouver en Europe. Les marchands proposent aussi des jus de fruits frais, pressés sous nos yeux et mélangés avec un peu d’eau ou de lait (licuados).

Hôtels : où loger à Sucre?

Parador Santa Maria la Real : cet établissement jouit d’un grand luxe, dans une maison restaurée du XVIIIe siècle. Ses deux patios, azul et rojo, possèdent une vue sur la cathédrale depuis la terrasse.

Hostal de Su Merced : cette maison du XVIIIe siècle offre un décor et un mobilier colonial, avec en outre un grand patio fleuri.

Villa Antigua : grande maison de style républicain datant de 1860, restaurée pour accueillir 24 chambres spacieuses et confortables. Depuis les terrasses, vue panoramique sur les toits rouges de la vieille ville et sur les collines environnantes. Jardin, patio, terrasse, sauna, gymnase.

Casa Kopling : hôtel moderne à proximité de la Recoleta, quartier tranquille excellent accueil. Depuis la terrasse du restaurant splendide vue sur la ville.

Gastronomie : que manger à Sucre?

Le chorizo chuquisaqueño, ou chorizo criollo : c’est l’aliment le plus typique de la région. On le consomme généralement avant le déjeuner en l’accompagnant d’une bière noire.

Le singani : cette boisson traditionnelle est un alcool distillé à base de raisin. L’assemblée législative du département l’a déclaré Patrimoine culturel des Cintis et du département de Chuquisaca. Le mot singani vient du nom de la plante siwinga qui abonde dans la région.

Le chocolat : Sucre est la capitale bolivienne du chocolat. Il n’y a pas moins de quatre fabriques de chocolat dans la ville dont les plus renommées sont Taboada et Para Ti. De nombreuses boutiques au centre ville vendent de délicieux produits chocolatés parmis lesquels les plus succulents sont probablement les chocolats au sel d’Uyuni… Il est souvent difficile de résister à la tentation.

Restaurants : où manger à Sucre?

La Posada : ce restaurant, situé dans l’hôtel du même nom, possède une cour intérieure très agréable. Il offre à la fois de la cuisine nationale et internationale.

Salamandra : ce restaurant propose des poissons et fruits de mer du Pérou, des poissons de rivière du bassin amazonien et des plats végétariens.

La Taverne : situé à l’intérieur du bâtiment de l’Alliance française, il propose une carte à la touche française et d’excellents plats du jour. Des concerts ont lieu tous les vendredi soirs et des films sont projetés plusieurs fois par semaine.

El Huerto : ce restaurant offre une bonne cuisine locale, et possède une jolie cour intérieure.

Transports : comment se rendre à Sucre ?

Avion: situé à 6 km du centre ville, l’aéroport de Sucre Juana Azurduy de Padilla propose des vols réguliers vers les aéroports internationaux de La Paz, Santa Cruz et Cochabamba.

Route: un réseau de navettes relie Sucre aux principales villes du pays : La Paz (14 h de route), Cochabamba(10 h de route) ou encore Potosi (6h30 de route). Les départs se font groupés et en fin de journée afin d’effectuer le trajet de nuit et d’éviter les risques liés à la chaleur.

Circuits d'exception

Bolivia Excepción propose plusieurs circuits faisant escale à Sucre.
Séjour lac Titicaca, Sucre, Sud Bolivien et Atacama : ce circuit de 17 jours vous emmène parcourir le lac Titicaca, la ville de Sucre, les merveilles du sud du pays avec le salar d’Uyuni, puis de l’autre côté des Andes à Atacama, au Chili.
Séjour dans le Sud bolivien : ce circuit de 17 jours vous fait découvrir les incontournables du sud du pays, avec la ville coloniale de Sucre, l’Amazonie et les missions jésuites à Santa Cruz, l’altiplano et le salar d’Uyuni à Potosí.
Voir tous nos exemples de parcours en Bolivie