La laine d’alpaga

La laine d’alpaga, utilisée depuis des siècles par les populations indiennes, est aujourd’hui appréciée dans le monde entier.

L’alpaga

L’alpaga (ou alpaca en espagnol) est un petit camélidé (Vicugna pacos), descendant de la vigogne. Il vit en troupeaux, durant toute l’année, dans les hautes plaines des Andes du Pérou méridional, du nord de la Bolivie et de la partie septentrionale du Chili, entre 3 500 et 5 000 m d’altitude. On en voit relativement peu du côté argentin, alors qu’on en trouve désormais un grand nombre aux Etats-Unis, en Europe et en Nouvelle-Zélande où ils ont été importés.

L’alpaga est un peu plus grand que la vigogne, et plus massif également: il pèse en moyenne 50 kg, et peut même atteindre 80 kg, pour une hauteur de 1 m environ. A l’inverse des lamas, il n’est pas utilisé comme bête de charge, mais il est apprécié pour sa laine, avec laquelle on fait des couvertures et des ponchos traditionnels.

																					

Les alpagas sont les plus nombreux des quatre camélidés d’Amérique du Sud, et il en existe deux variétés : Huacayo et Suri. L’alpaga Suri a une fibre raide, soyeuse, longue et d’une brillance exceptionnelle. Celle de l’Huacayo est courte, frisée, dense et spongieuse, couvrant entièrement son corps à l’exception de la tête et des pattes qui, elles, ont de longues fibres. Chaque variété est utilisée pour créer différents produits tels que des tissus, des gilets, des pulls, des couvertures, des tapis…. On les mélange aussi parfois avec d’autres fibres, généralement naturelles.

L’alpaga est tondu une fois par an, laissant entre 2,2 et 4,5 kg de laine douce et soyeuse qui ensuite se transforme en vêtements de luxe pour le monde entier. La plus précieuse est celle qui provient de la première taille de l’alpaga, encore tout jeune. Grâce à ses propriétés naturelles, les vêtements de laine d’alpaga gardent leur forme après avoir été utilisés plusieurs années, et ne deviennent ni rigides ni rugueux.

Laine d’alpaga

Historiquement, l’alpaga fut un trésor pour la civilisation inca. Sa fibre luxueuse était réservée aux souverains incas et aux cérémonies religieuses : on l’appelait alors la fibre des dieux. Au XVIIe siècle, lorsque les conquistadors exterminèrent de nombreux indigènes, ils tuèrent également beaucoup d’alpagas. Les survivants durent chercher refuge dans les plaines d’altitude de l’Altiplano. Ce milieu extrême garantit la survie des individus les plus résistants, ancêtres des alpagas d’aujourd’hui qui ont hérité de leurs gènes.

L’alpaga est donc un animal agile, endurant, et possédant une toison dense et de haute qualité. Elle est aujourd’hui appréciée par les tisseurs et fileurs du monde entier.