Les Incas : Empire et civilisation incas

Lors de l’arrivée des colons espagnols, les Incas avaient bâti un empire immense qui s’étendait sur toutes les Andes.

Un immense empire

Civilisation précolombienne qui se développa dans les Andes à partir du XIIIe siècle, la civilisation inca avait pris naissance au XIe siècle, quand les importantes civilisations Huari et Tiwanaku connurent leur déclin. Les Incas, qui n’étaient qu’un peuple parmi d’autres de l’actuel Pérou, s’associèrent avec d’autres peuples alentour et créèrent la confédération de Cuzco. Elle ne cessa dès lors de se développer : à son apogée, au XVe siècle, le territoire de l’Empire inca (Tahuantinsuyu ou Empire des Quatre Quartiers) couvrait une surface imposante de quelque 950 000 km2, s’étendant au nord sur une partie de l’actuelle Colombie et de l’Equateur, sur tout le Pérou, sur l’ouest de la Bolivie, le nord du Chili et le nord-ouest de l’Argentine. L’Empire inca prit fin lors de la conquête du nouveau continent par les Espagnols au XVIe siècle. Outre de nombreux dialectes parlés par les ethnies colonisées, les langues principales étaient le puquina, le yunga, l’aymara mais aussi et surtout le quechua.

Cuvette, culture inca

Origines et légendes

Il existe deux légendes sur la création de l’Empire inca, mais toutes les deux évoquent Manco Cápac, personnage dont l’existence est encore discutée par les historiens. La première légende raconte que, fils du dieu Soleil Inti, lui-même fils de Viracocha le Créateur, Manco Cápac serait né avec sa sœur-épouse Mama Ocllo dans l’écume du lac Titicaca. Ce messie fut envoyé pour fonder la cité de Cuzco et doter son peuple d’une grande civilisation. La seconde légende parle quant à elle de quatre frères venus avec leurs femmes. Seul l’un d’entre eux, Ayar Manco, survécut au voyage et fonda Cuzco. Il prit le nom de Manco Cápac et devint le premier empereur inca.

Empereur Inca Pachacútec

Expansion de l’empire

La constitution de l’Empire inca aurait commencé sous l’Empereur Pachacútec. Vers 1438, alors que l’empire se limitait aux alentours de la ville de Cuzco, ce dernier réussit à vaincre les Chancas. Cette victoire marqua le point de départ de la politique d’expansion de l’empire. Pachacútec s’appropria notamment tout le bassin du lac Titicaca, dotant son empire d’un territoire de plus en plus vaste. A noter que lorsqu’ils colonisaient de nouvelles ethnies, les Incas les obligeaient à se soumettre à leur autorité, mais laissaient les Indiens garder leurs mœurs et coutumes.

Le territoire inca s’étendit en un siècle environ au gré des gouvernances des souverains successifs, jusqu’au règne du onzième empereur Huayna Cápac qui consolida les territoires acquis. C’est à ce moment de l’histoire que la civilisation inca atteint son apogée territoriale, culturelle et technologique. Celle-ci était alors caractérisée par une capacité d’organisation régie par une discipline hors du commun, tout en prenant en compte les singularités culturelles de ses peuplades colonisées.

Négociation Atahualpa et Pizzaro – cc Bibliothèque Universidad de Sevilla

Déclin et colonisation

Le déclin inca aurait pour origine principale la discorde entre Huáscar et Atahualpa, les deux fils de l’empereur Huayna Cápac qui se disputèrent le trône. Cette aporie dégénéra en guerre civile qui se termina en 1532 par la victoire d’Atahualpa. La fin de cette guerre qui scindait l’empire en deux fut immédiatement succédé par l’arrivée des conquistadors espagnols.

Francisco Pizarro, à leur tête, demanda à rencontrer l’empereur en paix et sans armes. Celui-ci se rendit alors dans la ville de Cajamarca, au nord de l’actuel Pérou, avec 30 000 personnes de sa suite non armées. Mais les Espagnols ne tinrent pas parole : une grande partie des Incas présents furent massacrés, Atahualpa capturé. Malgré la remise d’une rançon colossale (on parle de plusieurs tonnes d’or récoltées aux quatre coins de l’Empire inca), il fut tué un an plus tard en 1533, et c’est tout son empire qui s’écroula alors avec lui. La vice-royauté de la Nouvelle-Castille est alors créée, et Lima en devient la capitale. En 1572, enfin, le dernier fils de l’empereur inca Túpac Amaru est capturé dans la jungle après avoir mené une longue guérilla contre les Espagnols, puis est exécuté.

																					
Statue de Sapa Inca à Aguas Calientes au Péru (Pachacuti Inca Yupanqui 9eme roi du royaume de Cuzco)

Organisation sociale

La civilisation inca était régie par un ordre social très défini, avec une discipline particulièrement stricte. L’organisation politique était de type monarchique, avec à sa tête le Sapa Inca (le Seul Inca), souverain absolu et d’origine divine. L’empereur accédait au pouvoir par succession et évoluait en compagnie d’une noblesse de sang qui constituait l’élite politique, militaire et religieuse de la société.

Par ailleurs, il existait chez les Incas une notion de caste. La majorité du peuple était constituée par les hatun-runas. Ces agriculteurs, marins, pasteurs ou artisans devaient du temps de travail à l’empire. Ils étaient organisés en ayllus, des communautés familiales qui se mariaient entre eux par intérêt foncier, participant ainsi à la prospérité de l’empire. Ces ensembles étaient contrôlés par l’empereur par l’intermédiaire du curaca, un représentant. Enfin, les yanas vivaient quant à eux en marge de l’empire, remplissant une tâche d’ordre servile, principalement au service de la noblesse.

Les anciens dirigeants des civilisations conquises pouvaient garder leur autorité relative dans la mesure où ils se soumettaient entièrement à l’empereur.

Religion polythéiste

Bien que cette civilisation soit clairement caractérisée par le polythéisme, Inti, dieu du Soleil et fondateur de la dynastie des empereurs, tient une place prépondérante dans le culte inca. De nombreuses représentations furent érigés dans l’empire, statues humaines en or dont la plus connue et la plus impressionnante est sans nul doute celle conservée dans le Temple du Soleil (Coricancha) à Cuzco. C’est d’ailleurs cet endroit, cette enceinte de l’or en quechua, qui fut le centre de l’empire et le lieu le plus sacré pour les Incas. Symbole de puissance avec ses 140 m d’envergure, il servait pour les cérémonies religieuses et la conservation des momies des empereurs. Couvert d’or et d’argent, il fut pillé par les colons espagnols qui en firent le couvent Santo Domingo.

Danse Inca, Oruro

Les Incas vénéraient des dieux immortels, tels que Inti, killa (divinité de la Lune, sœur et épouse du Soleil), ou la Pachamama (la Terre-Mère), dont le culte est aujourd’hui encore très vivant, mais aussi des dieux mortels à l’image de Tunupa, dieu des Volcans et de la Foudre, qui périt lors d’une expédition sur le lac Titicaca. Les Incas vouaient de plus un culte relatif à certains animaux tels que le serpent, les félins et les faucons sans toutefois les considérer comme des figures divines. Par ailleurs, les divinités des peuples conquis étaient la plupart du temps intégrées au Panthéon. Ils pouvaient également vénérer des endroits comme des grottes ou des rochers devenus sacrés par leur beauté ou leur histoire : les huacas.

Un nouveau culte, celui de Viracocha (le Créateur) fut créé par la suite par l’empereur Pachacutec (fils de l’empereur Viracocha Inca), sans doute pour contrer l’influence grandissante des prêtres du culte de l’Inti, ce dernier ne devenant plus qu’une créature de Viracocha.

Les Incas, peuple extrêmement pieux, leur consacraient des offrandes et plus rarement des sacrifices, parfois humains comme lors de la montée sur le trône d’un nouvel empereur. Contrairement à la religion catholique qui fut imposée au peuple inca par les conquistadors et missionnaires espagnols, la vision conceptuelle religieuse des Incas ne considérait pas les dieux comme créateurs de toute chose. Ils apparaissent dans l’imaginaire et les légendes incas en même temps que les humains dans l’histoire, et leur force est surtout celle de donner à voir et à comprendre aux hommes le rôle qui est le leur sur terre. Ainsi, le dieu inca relève davantage du guide spirituel que de la substance créatrice.

Ruinas de Pilkokaina, Isla del Sol, Titicaca

A visiter en Bolivie

Il existe de nombreux hauts lieux incas à visiter en Bolivie, notamment d’importantes constructions cérémonielles près de Copacabana, sur les bords du lac Titicaca, ou encore sur la Isla del Sol. Pour le moment, on ne connaît pas avec certitude la fonction de celles-ci. De la même manière, un acllahuasi, un lieu de culte dédié au dieu du Soleil, Inti, est toujours présent sur la Isla de la Luna. C’est le plus important après le Temple du Soleil de Cuzco.

Outre les lieux religieux, la Bolivie abrite de nombreux sites militaires, comme les citadelles d’Incallajta et Incarracay près de Cochabamba, ou celle de Sacambaya dans le département de La Paz. Ces forteresses possèdent des dimensions imposantes : celle d’Incallajta par exemple fait soixante-dix mètres de long, avec des murailles aux impressionnants blocs de pierre.

Enfin, bien que construits par les Chanés, un peuple préincaïque, le fort de Samaipata fut utilisé par les Incas comme cité et forteresse : le site porte encore les traces de l’aménagement de ceux-ci.

Pour en savoir plus, notons trois musées importants sur le sujet :
Au Pérou : le Musée Qorikancha, le principal musée dédié à la civilisation inca, à Cuzco.
En Bolivie : le Musée d’ethnographie et de folklore de La Paz.
En Argentine : le Musée de l’anthropologie de Salta renferme également un département consacré à la culture inca et à son histoire.