Les Quechuas en Bolivie

Le peuple quechua fut l’un des plus étendus du continent, avant d’être intégrée à l’empire inca. Sa langue est aujourd’hui encore parlée par plus de 10 millions de personne.

Un enfant quechua à Uyuni

Quechua est le terme employé pour désigner à la fois une langue vernaculaire et un peuple amérindien qui vit essentiellement dans les régions andines du Pérou (plus de 3 millions de personnes), de la Bolivie (plus de 2 millions) et de l’Equateur (un demi-million). Quelques populations plus restreintes vivent au sud de la Colombie, ainsi qu’au nord de l’Argentine et du Chili.

Après avoir pris l’ascendant sur leurs voisins autour du XIIe siècle, les différents groupes tribaux connus sous l’appellation quechuas fondèrent le royaume de Cuzco. Lorsque l’Empire inca conquit leur territoire, il engloba également les Quechuas. Leur langue se répandit rapidement dans une grande partie de l’empire. La culture quechua était l’une des plus avancées d’Amérique avant l’arrivée des conquérants européens au XVIe siècle. Ils avaient hérité de nombreux savoirs artistiques et scientifiques des cultures pré-incaïques, tels que ceux des Aymaras par exemple. Sous le règne des Incas, des avancées capitales furent accomplies en matière d’organisation sociale, d’architecture, de mécanique ou de science militaire.

																					
Quechua à Punata, Cochabamba

A la suite de la conquête espagnole, le quechua est demeuré la langue dominante. Qui plus est, les missionnaires espagnols la promurent et s’en servirent pour enseigner le christianisme en Amérique du Sud, ce qui explique sa forte expansion en comparaison à d’autres langues.

Depuis le XVIe siècle, les descendants du peuple quechua ont connu un métissage important. Ils ont ainsi conservé de nombreux éléments de leur culture tout en intégrant bien évidemment quelques coutumes extérieures. Le quechua fut reconnu comme l’une des langues officielles du Pérou en 1975 (avec l’espagnol), et depuis la nouvelle Constitution du 26 janvier 2009 mise en place par le président d’origine Aymara Evo Morales, elle est reconnue comme langue officielle aux côtes de l’Espagnol et 33 autres langues autochtones en Bolivie. Elle est aujourd’hui parlée par plus de 10 millions de personnes.