Gastronomie et cuisine de Bolivie

Empanadas, viande ou soupe, épices, pommes de terre…

Sopa de mani

La Bolivie est un pays à grande diversité géographique et climatique, partagé entre l’Altiplano, la cordillère des Andes, le Gran Chaco et l’Amazonie. Sa culture culinaire s’est adaptée à ces environnements, en développant des cuisines variées. C’est ainsi que la gastronomie bolivienne est principalement connue pour sa variété de plats différents d’une région à l’autre, plats comportant de nombreux condiments et des accompagnements épicés.

C’est donc à partir d’un mélange de profondes racines indigènes, d’apport colonial espagnol, transformé par le métissage d’une histoire nationale faite de mixité, que la Bolivie a développé sa cuisine : une gamme de plats et de recettes variés, auxquels il convient d’ajouter quelque boissons telles que le vin bolivien (autour de Tarija), la chicha ou le Cocoroco.

																					
Boisson locale : la chicha

Depuis près de vingt mille ans, la Bolivie a vu de nombreuses civilisations se succéder autour de l’Altiplano, par exemple la civilisation Tiwanaku, qui arriva au XIIe siècle avant Jésus-Christ, et dont les techniques agricoles étaient déjà très avancées. De nouveaux ingrédients s’intégrèrent aux habitudes culinaires des Boliviens lorsque les Espagnols conquirent la région, apportant blé, porcs, brebis, poulets ou bovins, qui devinrent des aliments de base de la gastronomie créole. Cette culture culinaire s’est ensuite enrichie avec les vagues d’immigration successives.

Plat de poulet au riz

Dans l’Altiplano, les féculents, notamment les pommes de terre déshydratées, séchées au froid et riches en hydrate de carbone, sont la base du régime alimentaire de la population andine, qui en consomme près d’une centaine de variétés différentes. Accompagnée de riz, de pommes de terre ou encore de salade, la viande est également appréciée par les Boliviens, surtout lorsqu’elle est assaisonnée d’une sauce piquante appelée Ilajhua, composée essentiellement de tomate. Dans les basses terres, on consomme d’avantage de légumes locaux, ainsi que du manioc, qui peuvent se substituer à la pomme de terre.
La viande est généralement de bœuf, d’agneau, de cerf ou de lama. Très commun au sein de la gastronomie bolivienne, le poulet frit est aussi apprécié.

																					
La truite du Titicaca

Le poisson, surtout la truite présente au lac Titicaca, est à consommer avec précaution, mais le surubi, très charnu, est cependant à essayer.
Les boissons préférées des Boliviens sont le maté de coca, l’api qui est sucrée et à base de maïs, ou encore la chica, boisson alcoolisée obtenue en faisant fermenter le maïs. L’eau-de-vie spécifique de Bolivie est le Singani.
Quelques plats typiques :
* La sopa de mani (à base de cacahuètes, pommes de terre, viande de bœuf…).
* Lempañada salteña (sorte de rissole faite de viande de poulet, de pommes de terre, d’olives et d’œufs, à laquelle on peut aussi ajouter des oignons, des petits pois ou d’autres légumes).
* Le chuño (pommes de terre séchées à froid, utilisées pour la soupe chairo et d’autres plats traditionnels).
* Le montado de lomo (œufs frits sur un bifteck, servis avec du riz et des plantins frits).
* Le picante de pollo (poulet bouilli passé à la poêle et cuit dans son jus, accompagné de frites ou de chuño et de salade avec des piments).
* Le lechón al horno (cochon de lait rôti, accompagné par du camote, des patates douces et des plantins frits).