La communauté afro-bolivienne

Descendants des esclaves d’Afrique noire, les Afro-Boliviens possèdent aujourd’hui des traditions uniques, issues du mélange entre coutumes africaines, européennes et indiennes.

 

Afro-bolivien
La communauté afro-bolivienne est aujourd’hui estimée à près de 22 000 membres et vit essentiellement dans la région des Yungas au nord-est de La Paz. Elle fait partie des 36 communautés indigènes officiellement reconnues dans le pays depuis 2009. Comme la plupart de leurs membres, les Afro-Boliviens pratiquent une religion syncrétique, à la confluence du catholicisme et des croyances ancestrales andines et africaines.

Encore en manque de visibilité et de reconnaissance dans le pays, la communauté est pourtant à l’origine de certaines traditions boliviennes particulièrement importantes.

La communauté afro en Bolivie

Les Afro-Boliviens sont les descendants d’esclaves originaires d’Afrique noire, en particulier du Sénégal, du Congo et de l’Angola, dont les premiers arrivèrent dès le XVIIIe siècle. Après avoir posé l’ancre dans les ports péruviens, les marchands d’esclaves les faisaient transiter par le Haut-Pérou – l’actuelle Bolivie –  jusqu’à Potosí où ils étaient mis à travailler dans les mines d’argent du cerro Rico. Cependant, déjà affaiblis par leurs difficultés à s’adapter à l’altitude et au froid, beaucoup ne purent résister aux conditions extrêmes de travail. La décision fut prise de destiner alors les esclaves  aux travaux domestiques ou de les envoyer dans les plantations de coca de la région des Yungas.

En 1851,  le gouvernement de Manuel Isidoro Belzu abolit définitivement l’esclavage et proclama l’égalité entre les hommes.

Danse Negritos, carnaval d'Oruro
Beaucoup de traditions boliviennes sont inspirées de l’histoire des Afro-Boliviens. C’est le cas par exemple de nombreuses danses traditionnelles du carnaval d’Oruro. Parmi les plus connues, on retrouve la morenada, qui met en scène des danseurs portant des masques noirs et battant le rythme à l’aide d’un bâton, ou encore la saya et la negritos aux rythmes marqués par un tambour et par les coups de fouet du caporal, le contremaître autrefois chargé de veiller au bon travail des esclaves.

Aujourd’hui, la communauté est encore victime de fortes discriminations. De plus en plus d’actions sont entreprises par ses membres pour faire valoir leurs droits. Dans cette tâche, la communauté peut s’appuyer sur un porte-parole très spécial : son roi ! Reconnu par la Constitution bolivienne, Don Julio Pinedo est l’héritier des systèmes tribaux africains et centralise les revendications des Afro-Boliviens. Le dernier roi du continent latino-américain met tout en œuvre pour réduire les inégalités dont sont victimes les membres de sa communauté.

PLUS D'INFO SUR LA BOLIVIE

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Notre contenu est protégé car il est le fruit d\\\'un long travail de recherche et d\\\'écriture. Contactez-nous à info@voyages-excepcion.com pour plus d\\\'informations.