Visite de la ville d’Oruro, en Bolivie : guide de voyage

Climat, histoire, fêtes, patrimoine, musées, monuments, hôtels, transports.

 

Climat d’Oruro

Climat de la ville d'Oruro, Bolivie

Oruro a un climat semi-aride, l’air y est frais presque toute l’année. La température annuelle moyenne est de 10 degrés. En été, elle peut grimper jusqu’à 20 degrés quand le soleil est au zénith. L’amplitude thermique entre les minimales varie d’environ 15 degrés suivant la saison. Le mois de janvier est le plus humide, tandis que le mois de juillet est le plus sec. Voir notre fiche : Quand partir en Bolivie.

 

Histoire d’Oruro

Histoire d'Oruro

Le territoire d’Oruro était peuplé majoritairement par les Aymaras, qui furent par la suite sous la domination des Incas. Ces derniers gouvernaient depuis Paria, ville administrative située à une trentaine de minutes d’Oruro. Lorsque les colons espagnols conquièrent la région, plusieurs villes avaient été créées comme Charcas, Potosí ou encore Santa Cruz de la Sierra. Ils y voyaient un grand intérêt, car Oruro et ses alentours avaient de grandes ressources minières, en particulier d’argent.
Ils fondèrent le 1er novembre 1606 sous le nom de ‘‘Real Villa de San Felipe de Austria’’ en l’honneur du roi d’Espagne Philippe III. Elle prendra un an après le nom d’Oruro, signifiant ‘‘lieu où naît la lumière’’ en uru-chipaya. À sa création, la ville était déjà cosmopolite, peuplée par les colons espagnols, les créoles et les ethnies Aymara, Quechua et Uru.

 

Que voir dans la ville d’Oruro ?

Plaza 10 de Febrero

Plaza 10 de Febrero, Oruro

Cette place fut fondée au même moment que la ville d’Oruro en 1606, et fut le lieu de nombreux évènements historiques majeurs, du temps où Oruro était le centre économique du pays. Elle fut notamment le lieu de rassemblement des manifestants agricoles en 1739 ou de la Révolution du 10 février 1781, qui lui donna son nom. Ce fut également la première place goudronnée de Bolivie. Il s’agit désormais d’un passage incontournable pour le défilé de danseurs costumés du Carnaval d’Oruro. La nouvelle place possède de nombreux éléments architecturaux de style français comme la fontaine, les jardins et le kiosque. Elle reste aujourd’hui un lieu de rassemblement et de divertissement pour les habitants de la cité.

 

Virgen del Socavón

Virgen del Socavón, Oruro

Inaugurée début 2013 à l’occasion du Carnaval d’Oruro, l’œuvre monumentale a été édifiée à une altitude de 3845 m. La statue, construite sur le Cerro santa Barbara, domine la ville du haut de ses 45 m de hauteur. C’est la plus haute figure religieuse de Bolivie. Elle dépasse ainsi de 5 m le Cristo de la Concordia de Cochabamba, et de 7 m le Cristo Redentor de Rio de Janeiro ! La Vierge del Socavón est la Sainte Patronne des Mineurs, une figure entourée d’une grande vénération par les habitants d’Oruro et de tout le pays. Le premier étage de la statue possède une chapelle pouvant accueillir jusqu’à 80 personnes.

Voir nos photos

 

El Sapo del Socavón

El Sapo, Oruro

La ville d’Oruro est pleine de légendes et de traditions, parmi lesquelles on retrouve celle du Sapo del Socavón. Cette formation rocheuse qui passe aujourd’hui presque inaperçue si on ne sait pas où elle se trouve, possède la forme d’un crapaud (sapo). Selon les croyances, le batracien se serait fait pétrifier par la Ñusta, la déesse protectrice de la ville aussi apparentée à la Vierge del Socavón. Ce Sapo de pierre est d’autant plus entouré de mystères qu’il existe d’autres formations rocheuses semblables, notamment au nord de la ville. En 1962, sur le bord de cette formation rocheuse fût également construit le Monument aux Mineurs à l’intérieur duquel on retrouve des statuettes en bronze. Celles-ci représentent des mineurs au travail, l’un portant un fusil et luttant contre l’oppression. Aujourd’hui, sur le côté de cette œuvre, l’on peut également voir une carte de Bolivie sur laquelle le département d’Oruro est en relief ainsi qu’une sculpture moderne d’un masque de Diable, autre symbole fort de la ville.

 

La Vibora

La Vibora, Oruro

La Vibora (la vipère) est une formation rocheuse qui s’étend sur une colline au sud de la ville. Selon la mythologie du peuple Uru, le reptile aurait été envoyé par le Dieu Huari pour détruire leur ville mais fût pétrifié par la Ñustra, une déesse uru, parfois apparentée à la Pachamama ou à la Vierge del Socavon. Aujourd’hui, la tête du serpent est représentée par une sculpture et les habitants d’Oruro viennent lui porter des offrandes comme des feuilles coca ou de l’alcool tous les premiers vendredis du mois.

 

Los Arenales

Los Arenales, Oruro

Au nord de la ville d’Oruro on trouve cette grande étendue de sable rougeâtre aussi appelée Hormigas (les Fourmis). La légende raconte que le Dieu Huari aurait envoyé une multitude des ces petits insectes à l’attaque du village du peuple Uru mais que ceux-ci, à l’instar de la vipère (Vibora) et du crapaud (Sapo) auraient été pétrifiés dans leur course par la déesse Ñustra, qui les aurait transformé en sable.

 

Monument Casco de Minero

Monument “Casco de Minero”, Oruro

Le Casque du Mineur est une sculpture réalisée par l’artiste cochabambino Fernando Crespo. De près de 6 m de diamètre, sa structure en fer blanc reflète les rayons du soleil et scintille au dessus de la zone nord de la ville d’Oruro. Cette œuvre réalisée en 2003 est déjà emblématique de la ville et rend hommage aux nombreux travailleurs des mines de la région.

 

Fêtes et événements à Oruro

Carnaval d’Oruro, en février

Carnaval de Oruro, Bolivie

Tous les ans, au mois de février la ville d’Oruro accueille l’évènement le plus populaire du pays, le célèbre Carnaval d’Oruro. Inscrit comme Chef d’œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de l’Unesco depuis 2001, cette fête est une illustration du syncrétisme bolivien : elle est une synthèse de la culture andine et du christianisme amené par les espagnols au XVIe siècle. Durant trois jours de festivités, 250 000 visiteurs viennent assister à ces représentations de musique et de danses traditionnelles. La Vierge de la Candelaria, connue ici comme la Virgen del Socavón, est la représentante de ce remarquable syncrétisme.

L’évènement principal du Carnaval est une procession (entrada) durant laquelle les danseurs parcourent les rues de la ville durant près de 20 heures d’affilé. Les groupes folkloriques qui participent à l’entrada sont organisés en fraternités, pour certaines d’entre elles vieilles de plus de 50 ans. La danse emblématique du carnaval d’Oruro est la Danza de la Diablada, symbole de la lutte entre le bien et la mal. Celle-ci fait intervenir divers personnages bibliques représentés par des masques et des costumes fastueux. La Morenada, les Caporales, la Llamerada et une multitude d’autres danses rythment le carnaval et témoignent de la grande diversité culturelle et folklorique de la Bolivie.

Voir notre dossier spécial
Voir notre vidéo

 

La Fiesta de Ito, le 2 février

La Fiesta de Ito, Oruro

Bien que la ville fût refondée par les espagnols en 1606, elle ne cessa jamais de représenter un lieu sacré pour le peuple Uru qui continuait de s’y rendre pour célébrer ses fêtes traditionnelles dont la grande fête de Ito. Au XVIIe siècle, les espagnols interdirent ces cérémonies que les indiens perpétuèrent pourtant en déguisant les dieux andins sous le nom d’icônes chrétiennes et de saints. La fête d’Ito par exemple fut ainsi transformée en célébration chrétienne, la Candelaria, qui a lieu tous les ans le 2 février.

 

Hôtels : où loger à Oruro ?

Gran Hotel Sucre, Oruro

-Hotel Villa real San Felipe : l’un des meilleurs hôtels de la ville. Son élégante structure correspond à l’architecture de l’époque coloniale de la Vice-royauté. L’hôtel offre un cadre charmant et un bon confort.
Gran Hotel Sucre : il est situé dans une belle maison coloniale, très proche du passage du défilé du carnaval.
-Hotel Virgen del Socavon : à proximité du Sanctuaire du Socavón et de la place principale d’Oruro, cet hôtel moderne offre un magnifique vue sur la ville. Une salle d’exposition permet de découvrir les costumes typiques utilisés lors du Carnaval d’Oruro.

 

Gastronomie : que manger à Oruro ?

Refresco tostada, Refresco de orejón, Chicha de maíz willcaparu, Refresco de tumbo…

-El intendente : ce plat pour le moins copieux est composé de différents types de viandes (bœuf, porc, poulet, langue, saucisses,..). Il s’accompagne de pommes de terre.

-Rostro Asado : une tête de mouton cuite au four, voilà le plat emblématique d’Oruro !

-Pejerrey relleno : ce poisson que l’on trouve notamment dans le lac Poopó est particulièrement utilisé dans la cuisine orureña. Il se cuisine de plusieurs façons, par exemple fourré ou pané de farine et d’œuf.

 

Restaurants : où manger à Oruro ?

Restaurant Nayjama, Oruro

-Nayjama : ce restaurant offre des spécialités locales, principalement à base de viande de mouton.

-Las Retamas : parmi les meilleurs restaurant de la ville, ce restaurant rustique offre plats internationaux et spécialités boliviennes.

-Las Delicias : une délicieuse churrasqueria (restaurant de viande grillée) qui dispose d’un agréable patio couvert.

 

Transports : comment se rendre à Oruro ?

Comment aller à Oruro

Avion : l’aéroport Juan Mendoza de Oruro assure une connexion depuis de nombreuses villes comme La Paz, Cochabamba, Santa Cruz de la Sierra.
Train : véritable carrefour, Oruro est relié avec Uyuni, Potosí, la Paz et se connecte même avec le réseau argentin et chilien.
Bus : plusieurs grandes lignes de bus existent au sein du pays, en liaison avec des grandes villes comme La Paz, Sucre, Uyuni, Cochabamba ou Santa Cruz de la Sierra. Il est de même possible de se rendre à Oruro en partance du Chili depuis Calama ou la ville d’Iquique, pour un voyage de 18 heures environ, avec un arrêt à la frontière de Colchane-Pisiga.

DÉCOUVREZ LES AUTRES RÉGIONS

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Notre contenu est protégé car il est le fruit d\\\'un long travail de recherche et d\\\'écriture. Contactez-nous à info@voyages-excepcion.com pour plus d\\\'informations.